Quelques conseils pour créer sa base de location de bateaux électriques

Rigiflex Cap 400 console en bateau électrique

Les loueurs sont les premiers et principaux utilisateurs de bateaux électriques. C’est L’activité qui permet de faire découvrir la navigation à l’électrique.  Il reste surement encore quelques plans d’eau offrant des belles promenades en pleine nature, alors pourquoi ne pas les exploiter  avec des bateaux électriques. Avant de se lancer dans cette activité, il y a quelques points à connaître.

La première démarche : est le montage de votre dossier qui passe par une étude de marché pour vérifier la viabilité financièrement de ce projet et déterminer certains points.  Cette étude de marché vous sera utile dans vos démarches administratives.

Grâce à cette étude vous allez pouvoir définir :

–          Le type de location (1/2 heure, heure, demi-journée ou journée).

–          Le nombre et la taille des bateaux

–          Le tarif des locations

Une fois votre dossier soigneusement ficeler, n’hésitez pas à faire des demandes d’aide auprès du conseil général, du conseil régional, de l’Edf…  Il est plus facile d’obtenir des aides avec un projet autour des bateaux électriques respectueux de l’environnement. Et comme on dit « qui demande rien, n’a rien !!! »

La deuxième étape est la  définition du nombre, du  choix et de la taille des bateaux :

Le type et la taille de vos bateaux électriques peuvent être déterminés par la zone de navigation. Vous n’allez pas choisir le même bateau pour une zone type marais que pour un lac ou une rivière.

Pour le choix du bateau vous avez plusieurs possibilités :

–          Soit vous utilisez une embarcation d’un constructeur de bateau électrique.

–          Soit vous concevez votre bateau en adaptant une motorisation électrique (comme Torqeedo) à une marque de bateau (comme Rigiflex, Ultramar, B2 Marine…). L’un des avantages de concevoir son bateau électrique, c’est qu’une fois qu’il est rentabilisé ou que vous souhaitez le changer, il est plus simple de le revendre car l’acheteur peut choisir sa propre motorisation.

Quelques conseils dans le cas où vous choisissez de concevoir votre bateau électrique.

–          De choisir des bateaux homologués….

–          De respecter la charge maxi. que donne le constructeur en incluant le poids des batteries.

Par exemple le CAP 400 de Rigiflex est homologué pour 7 personnes mais avec le poids des batteries vous allez le louer pour 4/5 personnes.

–          De faire attention que la vitesse du bateau ne dépasse pas le 7-8 Km/h en prenant en considération les courants et le vent que vous pouvez avoir sur votre plan d’eau.  Il n’y a pas de réglementation à ce sujet  mais par expérience on sait que à 8 km/h il y a moins de risque de dégât que à 10 km/h.  Petit rappel : la vitesse va vous donner votre consommation en Ampère ou en watts (donc petite conso = grande autonomie)

De bien déterminer la taille et le choix de vos batteries en fonction de choix de location (heure, demi-journée), du bateau et de la motorisation.

Attention dans le choix des batteries, il faut utiliser des batteries de traction qui permettent une plus grande décharge (environ 80%) et le bibronnage.

–          Pour respecter cette vitesse de 7 Km/h, Torqeedo propose une version bridée du Cruise 2.0 R à 800 watts.

A 800 watts ce moteur consomme seulement 34A. Si vous souhaitez une autonomie de 5 heures il vous faut environ 200Ah en 24V (5x 34A + 20% de non décharge) soit environ 120 Kg de batterie.

–          Le choix du chargeur va influer sur la durée de vie de vos batteries. La puissance du chargeur va vous donner le temps ou la vitesse  de recharge de votre parc de batterie.

Le choix de la taille des bateaux se fera en fonction du type de plan d’eau,  du temps de location que vous souhaitez et de votre zone de chalandise. Pour des raisons de sécurité, un bateau prévu pour 4 personnes ne peut pas  convenir pour 6 personnes. Le nombre de bateau se décide en fonction de votre budget, de la taille et du type de plan d’eau. Trois bateaux est le nombre minimum pour commencer raisonnablement une activité.

Troisième  étape : Les demandes d’autorisation

Une fois l’étude réalisée et le choix de vos bateaux électriques décidés,  vous allez devoir faire des demandes d’autorisation d’exploitation. Ces demandes seront à faire en fonction de la situation géographique, donc peut-être auprès de la commune ou se situera votre base, de la Direction Départementale des territoires et de la mer, de la communauté de commune ou  du gestionnaire du port.  Le mieux est de commencer par la mairie ou de la capitainerie.

Quatrième étape : l’installation de votre base

En fonction des aménagements déjà existant ou pas, il vous faudra prévoir des pontons, des bornes électriques et un petit local. L’Edf ouvrira votre compteur une fois que le Consuel aura validé votre installation électrique. Peut-être que la commune ou la communauté de commune pourront vous aidez dans le financement des aménagements.

Les derniers conseils qui sont des points de détails :

–          Les gilets de sécurité : Obligatoire surtout pour les enfants.

–          Vhf : une petite vhf portable dans chaque bateau dans le cas ou…

–          Plan de la ou des ballades dans chaque bateau électrique.

–          Contrat de location pour les locations à la journée ou demi-journée.

–          Si c’est possible prévoir un bateau rapide de sécurité (également possible en électrique).

En espérant que ces quelques conseils pourront vous être utiles. N’hésitez pas à réagir ou en nous faire partager vos expériences.

Pour vous aidez à faire le choix des bateaux électriques je vous invite à consulter ces deux articles : http://www.hors-bord-electrique.com/2011/06/essai-du-nouveau-rigiflex-cap-4700-avec-le-torqeedo-cruise-4-0rl/ et comment-transformer-un-cap400-en-bateau-electrique

Evaluez cet article
Votre note
[Total: 4 Average: 4]